Mots pour Maux Hypnothérapie  Lydie Lesaffre

Décoder son génogramme ou génosociogramme

Les garçons en cours

Le génogramme est un arbre généalogique sur trois générations, surtout utilisé en thérapie familiale et en psychiatrie.

Il comporte certains faits de vie qui mettent en évidence les liens entre enfants, parents et grands-parents.

 

Le génosociogramme englobe cinq à sept générations, marque les dates (mariages, naissances, décès, déracinements…), les faits importants de l’histoire de vie de la famille (niveau d’études, professions, séparations, remariages, maladies et accidents, déménagements, traumatismes, incendies, catastrophes, décès prématurés…) et les liens affectifs entre les personnes.

On sait que de nombreuses choses se passent dans la transmission et le non-dit.

 

    Nous avons un passé familial, des traumatismes hérités de nosgrands-parents et arrière-grands-parents

Qu’apporte la réalisation du génogramme et du génosociogramme ?

 

Cet outil nous permet de mieux nous connaître et d’analyser avec quels filtres liés à notre histoire familiale,

nous regardons le monde ( traumatismes familiaux, socio-économiques et culturels). Ils agissent sur nous à notre insu, influençant notre caractère, nos relations, nos choix.

 

La lecture du génogramme apporte une image globale de l’histoire individuelle et du parcours familial d’une personne .

 

Nous pouvons voir que les traumatismes - abus sexuels, violences conjugales, se retrouvent fréquemment sur plusieurs générations, souvent sur une centaine d’années.

 

Cet outil permet également de retrouver les traumatismes liés à l’histoire : exil, guerre, tremblements de terre, épidémies… et de mieux comprendre certaines réactions ou comportements de nos aïeux.

 

En prenant conscience de l’héritage de nos ancêtres, nous pouvons alors mettre en place des actions réparatrices et libératrices.

Pendant la séance on étudiera:

 

Les prénoms : véritables messagers des transmissions inconscientes, le prénom que l’on porte et par lequel on est appelé

contient de nombreux indices pour comprendre notre héritage.

 Les dates anniversaires : qui n’a pas relevé des concordances de dates (naissances, mariages, décès et autres évènements importants) avec sa propre trajectoire ? Les répétitions de dates en lien avec des évènements vécus dans notre expérience personnelle témoignent de loyautés envers ces personnages connus ou inconnus, les repérer permet de situer à quoi, à qui nous sommes inconsciemment reliés

 

Les métiers : Il fut un temps ou l’on exerçait un métier de père en fils (peu de femmes avaient une activité sociale lucrative).

Il est intéressant de mettre en lien les métiers « d’autrefois » avec notre ou nos orientations professionnelles, ce qui permet d’éclairer nos choix de trajectoires.

Les lieux de vie : Ils sont l’élément terre (élémentaire) de nos expériences. Là où nous nous trouvons, une mémoire existe déjà.

Il n’y a pas de hasard dans les lieux que nous habitons ou occupons.

 Les objets de transmissions : véritables témoins d’un passé, ils sont le lien entre passé et présent et peuvent s’incruster à notre insu …  

Ils nous relient à ceux qui en étaient les détenteurs. Or il s’avère que, bien souvent, ces objets chargés de mémoire deviennent encombrants lorsqu’on désire sortir des ornières du passif familial. Parfois, se débarrasser  d’un meuble, d’un bijou, d’une relique,….  peut avoir une portée symbolique non négligeable.